L’appel

Mobilisation collective pour gagner le référendum et défendre le bien public.

La bataille contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) est engagée et concerne la société toute entière. C’est une bataille pour la démocratie, car il va revenir à toutes et tous de pouvoir décider si un référendum est organisé. Mais c’est aussi une bataille contre les privatisations, pour le développement des biens communs et des services publics. C’est aussi un combat pour la sauvegarde de l’environnement et pour la transition écologique, car rien ne serait pire que de laisser les clefs du transport aérien aux intérêts privés.

Le gouvernement a fait voter la privatisation des aéroports de Paris par l’assemblée nationale. Après la vente des autoroutes, avec l’augmentation du prix des péages de 20%, la vente de l’aéroport de Toulouse-Blagnac aux chinois, et la privatisation de nombreuses entreprises publiques (France Télécom, La Poste, La société générale, BNP Paribas, Renault…), le gouvernement continue de brader le patrimoine national.

Outre les aéroports, la Française des jeux, Engie, l’ Office National de la Forêt, les barrages hydroélectriques, les ports et d’autres sont les nouvelles cibles.

Pendant ce temps, les hôpitaux publics sont au bord de l’explosion. Des services hospitaliers, des lignes ferroviaires, des bureaux de postes, des écoles, des perceptions ferment. Les services publics s’éloignent des usagers et le statut de la fonction publique est démantelé. Les administrations et les entreprises publiques sont de plus en plus gérées comme des entreprises privées, avec pour seul critère la rentabilité financière, au détriment de la satisfaction des besoins de toute la population.

La loi Pacte, relative à la croissance et à la transformation des entreprises, est une nouvelle étape vers le démantèlement du service public.

Cette privatisation est d’abord une aberration économique : pourquoi vendre une entreprise qui a rapporté 173 millions d’euros de recettes à l’Etat en 2018, sinon pour en faire profiter quelques actionnaires ?

Mais c’est surtout une atteinte grave à la souveraineté nationale, car cela revient à confier une de nos principales frontières, avec 105 millions de personnes y transitant, à une entreprise privée. C’est aussi une atteinte écologique, car garder le contrôle du transport aérien national est un point essentiel pour réussir la transition écologique en limitant le trafic aérien.

Suite au vote de la privatisation par l’Assemblée Nationale, et à son rejet au Sénat, 248 parlementaires de différents partis politiques, (dont Aurélien Pradié,LR et Angèle Préville, PS pour le Lot) ont décidé de déposer une proposition de loi référendaire pour engager un Référendum d’Initiative Partagée (RIP) « affirmant le caractère public national de l’exploitation des aéroports de Paris » .

C’est la première fois en France que sera mise en œuvre la procédure référendaire prévue à l’article 11 de notre constitution.

Cette procédure prévoit le dépôt d’une proposition de loi par au moins 185 parlementaires et après validation par le conseil constitutionnel, le recueil du soutien de 10% des électeurs, soit 4,7 millions de signatures.

A ce jour, le gouvernement ne fait rien ni pour informer la population (affichage public, spot radio et télé), ni pour faciliter les signatures : le site dysfonctionne, la procédure est compliquée. Certains citoyens ont dû s’y prendre à plusieurs reprises pour réussir à signer, ou ont abandonné !

Notre collectif, Référendum ADP 46, motivé par l’urgence sociale, climatique et démocratique, a donc décidé d’informer et d’aider les citoyens à signer par la mise en place de points de signature sur tout le territoire.

Il invite les municipalités à communiquer sur cette initiative et à mettre à disposition les moyens humains et matériels nécessaires.

C’est une occasion historique de mettre en œuvre une procédure référendaire et de montrer que nous souhaitons nous exprimer directement sur les sujets qui nous concernent avec le soutien des élus locaux.

Nous tiendrons régulièrement des points de signatures sur tout le département du Lot :

Cahors, le samedi matin, devant l’hôtel de ville

Figeac, le samedi matin

Assier, les 1er et 3ème lundi du mois

Lacapelle Marival, les 2ème et 4ème lundi du mois,

………

VENEZ avec votre CARTE D’IDENTITE et votre CARTE D’ELECTEURS.

Le collectif Référendum ADP 46

Contacts, contact@referendumadp46.fr , Jacques Montal: 06 11 47 73 11, Pierre Dufour: 06 74 19 26 02, Merzouk Sider 06 62 78 25 33

Les premiers signataires: Jacques Montal (association de défense de la gare d’Assier), Pierre Dufour (la petite école est une chance), Chantal Grin (CGT Hôpital), Robert Maurs (Génération.s), Catherine Claudel, Jacques Arnoux (association de défense de la gare d’Assier), Jean-Marie Lacaze,

Merzouk Sider (Rurale TV), Gaëlique Jos (PS), Anne-Marie Clerc (PS), Christiane Barragano-Lacuche, Bernard Lacuche, Michèle Bourdelet (FI), Depierre Sandra (FI, GJ), Wlad Funk (FI), Christiane Averous (GJ), Michel Dauba (PCF), Serge Laybros (PCF), Antoine Soto (EELV), Edme Robert (UPR, GJ), CGT représenté par Jérome Delmas et Isabelle Schwartz, Jack Moreau (GJ), Serge Maret (GJ), Francis Cance (GJ),

Liste des organisations signataires de l’appel national sur

http://ufsecgt.fr/IMG/pdf/appel_commun_adp_v2_2_.pdf

Pour soutenir la proposition de référendum en ligne, allez sur le site du ministère de l’intérieur :

https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

ATTENTION, quelques « pièges » à éviter :

  • Si l’ordinateur vous dit que votre explorateur n’est pas compatible, ignorez et poursuivez,
  • vérifiez que votre carte d’électeur ne comporte pas d’erreur, sinon, recopiez exactement ce qui est écrit sur votre carte d’électeur.
  • espacez vos prénoms par un blanc et non par une virgule,

Vous pouvez également remplir le formulaire papier et le remettre à la mairie référence de votre canton.